Approche de la danse inclusive

par Anna Vekiari

THEAMA Inclusive Theater / Exis Dance Company, Greece

Le handicap est la restriction d’activité générée par une organisation sociale contemporaine qui ne prend pas ou peu en compte les personnes qui ont des déficiences physiques (et/ou cognitives, développementales, mentales), et les exclut ainsi de la société ordinaire”.

Mike Oliver – Sociologue, auteur et militant des droits des personnes handicapées

La société est tenue de créer des environnements accessibles et de donner aux personnes en situation de handicap la possibilité de partager et de développer leur potentiel. La danse est une expérience corporelle qui reflète nos histoires personnelles. La danse consiste à s’exprimer, à créer, à découvrir le potentiel de mouvement de notre corps, quelle que soit la vitesse ou la taille du mouvement.

 

Le projet CONTACT crée un environnement accessible et considère le handicap comme un potentiel et non comme un obstacle à surmonter. Nous avons créé des fiches méthodologiques sur l’accessibilité ainsi que des techniques inclusives d’approche de la danse afin de la rendre accessible à tous les corps. La danse CONTACT est un reflet de la façon dont nous aimerions que notre société soit.

 

Soulignons quelques éléments importants que les animateurs doivent avoir à l’esprit pour une classe inclusive, ” couvrant les considérations matérielles et pédagogiques de l’accessibilité. “

 

” Phase 1 : entrer sur la piste de danse”. Avant d’organiser un cours de danse, assurez-vous que l’espace ou le lieu est entièrement accessible. 

La liste de contrôle suivante vous aidera à réfléchir aux différents aspects de l’accessibilité.

Phase 1:
entrer sur la piste de danse

Avant d’organiser un cours de danse, assurez-vous que l’espace ou le lieu est entièrement accessible.

La liste de contrôle suivante vous aidera à réfléchir aux différents aspects de l’accessibilité.

  1. L’ Arrivée dans le bâtiment

La voiture s’arrête-t-elle à l’entrée ?

Y a-t-il des aires de stationnement accessibles ?

Y a-t-il un nombre suffisant de places de stationnement pour handicapés par rapport à la taille du bâtiment ?

Y a-t-il des places de stationnement près de l’entrée ?

Le chemin d’accès menant à l’entrée est-il libre ?

 

  1. L’Entrée

Le bâtiment dispose-t-il d’une entrée par paliers ?

La rampe potentielle est-elle mise en œuvre conformément à la réglementation ?

L’ascenseur potentiel / le palan de niveau est-il conçu conformément à la réglementation ?

Y a-t-il de l’espace libre pour le rayon de braquage d’un fauteuil roulant devant les portes (la taille minimale du rayon de braquage est d’environ 1500 x 1500 mm) ?

Un escalier éventuel est-il encastré dans le sol / plancher ?

L’utilisateur d’un fauteuil roulant est-il en mesure d’ouvrir la porte et de la faire fonctionner ?

La mobilité est-elle sûre ?

La facilité de navigation est-elle prise en compte dans la planification ?

Le personnel aide-t-il, par exemple, à se déplacer ou à s’asseoir dans les portes, et fournit-il les aides disponibles ?

 

  1. Se déplacer dans le bâtiment

Y a-t-il des aides pour se déplacer, comme un fauteuil roulant, un rouleau ou une poussette ?

Toutes les pièces ont-elles un accès libre (pas d’escaliers/de marches) ?

La rampe potentielle est-elle mise en œuvre conformément à la réglementation ?

L’ascenseur potentiel / le palan de niveau est-il conçu conformément à la réglementation ?

Y a-t-il au moins une porte d’accès pour fauteuil roulant dans chaque pièce (largeur minimale de 80 cm) ?

Disposez-vous de suffisamment d’espace, par exemple dans l’espace requis pour le rayon de braquage d’un fauteuil roulant (la taille minimale du rayon de braquage est d’environ 1500 x 1500 mm) ? 

La mobilité est-elle sûre ?

La facilité de navigation est-elle prise en compte dans la planification ?

Y a-t-il des toilettes et des vestiaires adaptés aux personnes à mobilité réduite ou utilisant un fauteuil roulant ?

Phase 2:
sur la piste de danse - accessibilité pédagogique

Il est bon de commencer en cercle, surtout pour le premier cours, et de donner l’occasion à chaque participant de se présenter et peut-être de partager tout ce que le groupe a besoin de savoir pour danser ensemble en toute sécurité. Si la personne ne peut pas parler, un assistant personnel peut la représenter.

1. USE OF LANGUAGE

Un aspect important de la création d’un environnement inclusif est le langage que l’animateur utilise pendant le cours afin que les instructions soient adaptées à tous.

Par exemple :

  • Si vous avez des personnes en fauteuil roulant dans votre classe, choisissez des verbes comme ” voyager ” ou ” se déplacer ” dans l’espace au lieu de ” marcher “.
  • Pour les danseurs aveugles, choisissez des expressions telles que “Tournez votre tête d’un côté à l’autre” au lieu de “Regardez autour de l’espace”.
  • Pour les danseurs souffrant de déficience sensorielle, vous devrez parfois faire attention aux niveaux sonores.
  • Lorsque vous travaillez avec des instructions spécifiques telles que “rapide”, “lent”, “pause”, etc., votre approche peut être, par exemple, la suivante : “Trouvez le calme – quel que soit le calme que vous recherchez”.

 

2. DÉNOMINATEUR COMMUN

L’animateur doit identifier les dénominateurs communs de chaque groupe en observant quelles sont les capacités communes à tous. 

“Les dénominateurs communs sont les possibilités de mouvement, de communication et d’apprentissage accessibles à tous au sein du groupe. Les dénominateurs communs déterminent les pistes que l’ensemble du groupe peut suivre pour explorer autant d’éléments d’improvisation que possible.” ( Méthode DanceAbility )

Ces informations aideront l’animateur à organiser les activités de danse en fonction de toutes les capacités. Cela permettra de s’assurer que tout le monde est inclus et connecté

3. INTERPRÉTATION

L’interprétation est un outil de base pour construire et travailler dans une classe de danse inclusive (technique ou improvisation). L’animateur doit guider les participants pour qu’ils apprennent à interpréter certains mouvements qui ne peuvent pas être exécutés de la même manière que les autres dans une classe inclusive.

 

Par exemple : 

  • Comment un danseur en fauteuil roulant interprète la qualité du saut.
  • Comment les différents niveaux de mouvement sont traduits par chaque individu,
  • Comment une personne qui ne peut pas tourner sur son propre axe, peut interpréter un virage d’une autre manière.

 

Quelques notes sur la sécurité et l’accessibilité du contenu pour les différents niveaux d’aptitude.

 

Pour les utilisateurs de fauteuils roulants, il est bon de parler de sécurité avant de commencer un cours de danse. Les danseurs qui utilisent des fauteuils roulants peuvent informer la classe du poids que le fauteuil roulant peut supporter, de l’emplacement des freins, du fait que le fauteuil roulant peut reculer, etc.

Il est également important que, lorsque nous dansons avec une personne en fauteuil roulant, nous nous adressions d’abord à la personne, et non au fauteuil roulant.

 

Personne sourde

Nous devons avoir une interprétation en langue des signes.

 

Personne aveugle

L’animateur doit passer un peu de temps avec le participant aveugle avant le cours, l’aider à marcher dans l’espace et à se sentir en sécurité avant de danser avec le groupe. Si cela n’est pas possible, l’animateur peut demander à une équipe de soutien ou à un assistant d’aider la personne aveugle à découvrir l’espace avant le début du cours. Une autre solution, plus créative, consiste pour l’animateur à choisir de commencer le cours par deux avec des exercices axés sur l’exploration de l’espace ensemble.

 

Mobilité limitée  

C’est un dénominateur commun. L’animateur doit guider le groupe pour qu’il prenne ses responsabilités, apprenne à communiquer et à mobiliser de manière appropriée la personne en fauteuil roulant. Il est également important que l’animateur guide la personne handicapée pour qu’elle demande de l’aide ou une mobilisation chaque fois que cela est nécessaire.

Aller au contenu principal